Diagnosis card

Fiche diagnostic

maladie arbre fruitier

LES LÉPIDOPTÈRES SUR ARBRES FRUITIERS

Il existe en Europe près de 5000 espèces de papillons (lépidoptères) dont environs 600 espèces peuvent être nuisibles. Citons principalement les noctuelles, les teignes et tordeuses.

Biologie, symptômes et dégâts

La biologie des lépidoptères est assez semblable pour toutes les espèces. Les œufs sont déposés principalement sur les feuilles, mais également parfois sur d’autres organes. Selon l’espèce le nombre d’œufs peut varier entre quelques douzaines à plus d’une centaine par femelle. Ce sont les chenilles qui provoquent les dégâts: extrêmement voraces, elles peuvent s’attaquer à tous les organes de la plante. Les plus gros dégâts sont observés sur les feuilles lors d’une forte pullulation de chenilles.

Au terme de leur croissance, les chenilles recherchent un lieu pour se nymphoser. Selon l’espèce, certaines tissent en cocon soyeux entre les feuilles, d’autres s’enfoncent dans le sol où elles hiberneront.

Les adultes sont des papillons aux mœurs nocturnes. Les femelles émettent une phéromone sexuelle quand arrive le moment de la reproduction.

Les noctuelles :

Il existe deux sortes de noctuelles : Les noctuelles terricoles et les noctuelles défoliatrices.

Les noctuelles terricoles provoquent principalement des dégâts sur les jeunes plantations. Les premières feuilles sont mangées par les jeunes chenilles, alors que les chenilles plus âgées peuvent aller jusqu’à ronger le collet. Les chenilles sont grises à marron ; elles se dissimulent dans le sol durant la journée, enroulées sur elles-mêmes, et sortent la nuit tombée pour se nourrir.

Les noctuelles défoliatrices se nourrissent principalement de feuilles. Les chenilles, peu velues, sont de couleur vert clair à gris clair et s’attaquent à un très large spectre de plantes.

Les teignes :

Les chenilles des teignes creusent généralement des galeries dans les feuilles, les bourgeons et les fleurs, et parfois dans les fruits, racines et tubercules.

Les tordeuses :

Les chenilles des tordeuses ont l’habitude d’enrouler en tuyau les feuilles de la plante-hôte à l’aide de fils de soie afin de s’y loger, se protégeant ainsi des prédateurs et pouvant ainsi se nourrir en toute tranquillité.

Méthode de prophylaxie et mesures préventives

Eliminer manuellement les œufs et chenilles dans le cas d’une faible attaque.

Méthode biologique

Favorisez la présence d’insectes auxiliaires dans votre jardin, en effet, de nombreux auxiliaires parasitent ou se nourrissent des œufs et larves de lépidoptères.

Pulvériser préventivement une décoction de tanaisie tous les 15 jours, dès la plantation terminée.

Vous pouvez utiliser la méthode de confusion sexuelle en installant des dispositifs d’émission de phéromones, ce qui désorientera les mâles, empêchant ainsi l’accouplement.

Utiliser des traitements insecticides des parties aériennes à base de Bacillus thuringiensis.

Lutte chimique

Il vous est possible – en cas de forte infestation, et si celui-ci existe dans le commerce – d’utiliser un produit insecticide homologué, autorisé sur la plante visée et portant la mention « Emploi autorisé dans les Jardins ». Renseignez-vous dans une jardinerie (ou un magasin spécialisé) auprès d’un conseiller jardin certifié.